Ancienne période

L’un des territoires de la civilisation humaine est le territoire du Karabagh étant une partie intégrante de l’Azerbaïdjan. Comme la principale raison, on peut dire que la région se dispose d’un climat favorable et tempéré pour l’habitation des hommes. Les résultats des fouilles archéologiques réalisés à la région ont montré que les anciens hommes habitant au Karabagh ont créé un grand nombre des œuvres culturelles pendant l’histoire et Ils sont tous les monuments architecturaux.

A la suite des recherches archéologiques à la région du Karabagh, on a trouvé un camp des hommes primitifs habitant à la période paléolithique dans la caverne d’Azıh appartenant aux anciens Etats de la civilisation. On a aussi trouvé les ruines des hommes primitifs, les équipements de travail aussi que la base d’un lieu d’habitation construit par les grandes pierres. La construction est probablement un des plus anciens exemples de l’architecture humain.
Pendant les derniers processus du développement des maisons en type de caverne, on a utilisé la maçonnerie pour les murs cotes et avants et ensuite les murs derrières. Le fait que les murs de maison aient été construit pas la maçonnerie et la culture de la construction par cette maçonnerie ait augmenté a permis la construction des bâtiments sur la terre par la méthode de sondage et de semi-fouille.
Les bâtiments qui pris ses bases des cavernes artificielles ont été connus dans l’histoire d’architecture par le nom “Karadan” en passant à travers d’un long processus historique. Parce que les territoires de l’Azerbaïdjan se disposent des diverses conditions naturelles – géographiques et d’un climat tempéré, les bâtiments nommés “Karadan” qui y ont été construits avaient des différentes caractéristiques sur l’architecture et la planification en construisant conformément aux conditions locales climatiques. En général, on a gardé les animaux domestiques spécifiques aux hommes dans telles maisons. Selon les informations historiques, les “Karadans” au Karabagh ont été utilisés jusqu’au début du XXème siècle.
En général, les bâtiments albanais construits sur les territoires de l’Azerbaïdjan pendant la période avant et après l’Islam ont largement contribué au développement de l’architecture. Les bâtiments qui ont été gardé jusqu’à nos jours sont: l’Eglise albanaise au village de Karakend de la sous-préfecture d’Hocavend du Haut-Karabagh (Ière siècle), les 4 temples au village de Sos (IVème siècle) et d’İatsi (V, VII et VIIIème siècle), les églises albanaises au village de Tagaverd (675), de Güneyçartar (1236), les temples albanaise dans les villages comme le village d’Aterk de la sous-préfecture d’Ağdere (Vème siècle), le village de Kolatağ (614), le village de Koçoqot (672, 698), le village de Dostahir (713), de Kasapet (718), de Çaldıran (XIIème siècle) aussi que les villages dans les autres régions du Haut-Karabagh comme Susanlıq (IV-VIème siècle), de Vanq (IXème siècle), de Traxtik (1094), de Tsakuri (1131), de Memmedadzor (1147), de Tuğ (1197), Şuşikend de la sous-préfecture d’Esgeran (905), le village de Çanaqçı (1065 et 1100), le village de Xaçmaç (1100), le village de Xantsk ( 1122), le village de Xındırıstan (1202).
Les études sur les faits historiques ont montré que les tribus turcs et albanais s’occupant de l’agricole, l’artisanat et l’élevage ont habité même dans les années avant jésus à la région du Karabagh. Il se trouve assez d’information dans les sources historiques et les œuvres des auteurs antiques et d’Heredot considéré comme le Père de l’histoire.
Les territoires du Karabagh ont resté sous l’effet de l’Empire byzantine au début du IVème siècle. La religion chrétienne a été adoptée comme la religion officielle de l’Albanie du Caucase pendant la période où le christianisme a commencé à se répandre sur la région. Pour cette raison, on a construit les temples et les églises en style d’architecture chrétienne dans le pays. Après que les arabes aient occupé l’Albanie du Caucase au VIIème siècle, Ils ont essayé de répandre la religion islamique parmi les tribus albanaise. A la suite des répressions réalisées contre l’occupation arabe, Ils ont pris des mesures et détruit les églises et les temples albanais. Lors de la construction de la centrale hydroélectrique dans les années 1940, les archéologues ont trouvé les ruines des églises albanaises qui ont été détruits à la région. Malgré les oppressions et le processus de suivie, la religion islamique n’a pas été acceptée par la grande majorité de la population. Certaines tribus albanaises surtout ceux qui ont habité sur la partie montagneuse du Karabagh ont resté fidele à la religion chrétienne. Même si certains monuments albanais est considéré comme un peu bizarre par ceux qui n’ont pas des nouvelles sur ces réalises historiques, Ils appartiennent à la culture nationale de notre population. On peut montrer comme exemple les monuments tels que le complexe de monastère d’Hocavend (VI-VIIème siècle), le complexe de monastère d’Ağoğlan à la sous-préfecture de Laçin (IXème siècle), le complexe de monastère d’Amaras (IV-IX-XIIème siècle), le complexe de monastère du temple saint d’Elysee (V-XIVème siècle) etc. Selon les hommes de science qui ont étudié sur les monuments architecturaux de l’Albanie du Caucase pendant des longs ans, ces monuments sont différents que les monuments religieux arméniens par les caractéristiques et les style de la planification architecturales.
Il se trouve plusieurs monuments appartenant à la période chrétienne sur les territoires du Haut et Bas Karabagh étant une partie de l’Albanie du Caucase. Ces monuments ont été construit tant avant l’adaptation de la religion islamique par l’Azerbaïdjan, c’est-à-dire avant VIIème siècle, que pendant les XIIème et XIIIème siècles – période de la Renaissance. L’une grande partie de ces monuments se trouve aux bords de la rivière de Terter. Le monastère de Saint Yenisey peut être montré comme un exemple. Le nom de ce monastère est directement concerné avec l’histoire de l’Albanie. La tombe du Tsar albanais III Vaçaq se trouvait dans ce monastère mais ensuite le monastère a été détruit par les arméniens et transporté aux différents lieux.
Un autre monument est le Monastère de Saint Jakob. Celui-ci est un des monastères les plus anciens construits au Karabagh pendant IVème et VIème siecles. Il est largement concerné avec l’histoire albanaise. Un autre monument albanais est appelé comme Hudavenk. En changeant le nom de ce monument, les chercheurs arméniens l’ont appelé comme “Xotovanq”. Alors, la base du monument appelé Hudavenk a été jeté à l’Ière siècle. Il a largement contribué à la réunification des régions albanaises. Il se trouve un monastère d’Amares étant un monastère très ancien à cote de ce monument. Tous ces monuments sont des monuments concernés avec l’histoire albanaise. Malheureusement, ces monuments, comme les monuments à Şuşa, sont sous l’occupation des ennemis.

Moyen Age

A la fin du VIIème siècle, la partie du sud de l’Azerbaïdjan a entré dans la souveraineté arabe, la partie du nord a resté sous sa propre souveraineté. La nouvelle religion, l’Islam, s’est répandue dans le pays. L’une grande majorité de la population a adopté cette religion, une petite partie de la population a resté comme chrétien. En bénéficiant de l’environnement créé, l’église arménienne a envoyé une nouvelle au califat Ilya Abdulmelike que les chrétiens albanais de l’Azerbaïdjan vont organiser les manifestations contre lui et le califat a donné un ordre, comme un prix, sur lequel l’église albanais d’Apostolat sera entré en 705 sous l’administration d’église grégorienne arménienne. Ensuite, le nouveau processus des arméniens a commencé aux hautes parties du Karabagh.
L’une nouvelle étape a commencé en Azerbaïdjan par l’adaptation de l’Islam. Le centre du califat au nord était Karabagh (la ville de Berde). A partir du VIIIème siècle, le développement de l’architecture chrétienne s’y est arrêté et  le style de l’urbanisme musulman a été adopté.
La formation des bâtiments en nouveaux types conformément aux demandes islamiques n’a pas empêché le développement des traditions architecturales qui ont été antérieurement créés. Selon les recherches, les mosquées aussi que les temples chrétiens albanais aux villes azerbaidjanaises ont été gardé. Il se trouve assez d’information sur ce sujet dans les sources persanes et arabes. La tendance de la religion islamique pour les religions monothéistes a été calculée et ainsi les monuments appartenant à ces religions ont été gardés. Ces monuments étaient l’héritage morals et matériaux des populations qui ont adopté l’Islam au milieu du VIIème siècle et le Christianisme au IVème siècle. Les plus beaux exemples de cela sont les temples albanais protégés au Karabagh.
Grace au développement du califat tant au Moyen Orient qu’en Azerbaïdjan et au Karabagh, les villes et les mosquées ont été construites en nouveau style. Les résultats des fouilles archéologiques réalisées au Karabagh confirment le haut design des divers bâtiments.
Le style de la contemplation idéologiques et morale-matérielle a trouvé sa place dans la culture de construction dans la structure des villes comme Ağdere, Kelbecer, Hocavend, Şuşa, Hankendi, Terter, Fuzuli, Cebrail, Ağca, Laçin, Kelbecer et Zengilan.
Les sources arabes confirment l’existence des belles maisons construites en briques et les marchés fermés. Il faut noter qu’il est possible de voir ces monuments dans l’Orient musulmane. Au moment où les écoles architecturaux de Şirvan-Abşeron et de Nakhitchevan -Marağa se sont répandu aux XIème et XIIème siecles, l’école architecturale de Karabagh avait aussi réalisé ses activités. Cette situation montre le développement de l’architecture de l’Azerbaïdjan pendant le Moyen âge.
Les monuments précieux culturels et historiques sont comme suivants: à la région de Fuzuli – le sanctuaire de Cheik Yakup (XIIème siècle), la mosquée de Cuma au village de Koç Ahmet, la mosquée d’Hacı Alesker au village d’Ahmetteller, la mosquée de Mir Ali (XIVème siècle) et les temples appartenant au XIVème siècle, les sanctuaires de Cheik Ibrahim(XVIIème siècle) et d’Ahmed Sultan Celal (XIXème siècle), la mosquée de Cuma à Horadiz, le château d’Eskeran au Haut-Karabagh, le sanctuaire d’Hankendi, à la région de Cebrail – le “Château des filles”, le temple en 12 cotes à la région d’Ağdam, le château de Şahbulak à proximité des villages d’Haçin et de Turbatlı, la mosquée de Şahbulak, la mosquée de Cuma à Ağdam, le sanctuaire de Penah-Ali Han et sa génération, le hammam se trouvant au village d’Abdal-Gülablı (XXème siècle), le sanctuaire du Père Ehsedem à la sous-préfecture de Berde (XIVème siècle), la mosquée d’İmamzade (XIXème siècle), la mosquée de Behmen Mirza; la mosquée de caravansérail en 8 cotes à Şuşa, le château de Penahabad (Şuşa), la maison de Natavanin, la mosquée de Mamayı, la mosquée de caravansérail de Meşedi Şükür Mirsiyab, la mosquée de Culfalar, et les mosquées d’Hacı Yusifli, de Saatli, de Haut Gövherağa, de Bas Gövherağa (XIXème siècle), la maison du Khan, le bâtiment du gymnasium; à la région de Laçin – la tombe de karasakkal, le Château d’enfant aux villages de Sultan baba, de Cheik Ahmet , de Sarı Aşık (XVème siècle) et de Kuşçu, la grande fontaine (XVème siècle); à la région d’Ağcabedi – le château de Bayat (XVIIIème siècle), le Palais d’Hamse Soltan. L’une grande majorité de ces monuments se forme la base des structures de Mémorial. La majorité de ces monuments ont été détruits dans un environnement sous l’occupation de l’Arménie.
Selon les sources écrites du Moyen âge, Il est possible de trouver les informations sur les châteaux, les châteaux de ville, les palais et les autres monuments architecturaux au Karabagh. Le voyageur arabe du XIIIème siècle nommé Yakut el-Hemevi donne des informations sur les bâtiments construits en briques cuits et pierre et le Château d’İzz, le château de Şamhor, le Château de Kazanç à la ville de Berde dans son œuvre nommée “Mücam el-buldan”. Selon lui, le mot “Kazanc” désigne “un lieu secret”. Le voyageur du XIIIème siècle nommé Hamdullah Kazvini a appelé la place entre les rivières de Kür et d’Aras comme “la ville d’Aran” dans son œuvre “Nüzhet el-kulûb”. L’œuvre montre que le nom de la ville de Berde a été donné par Alexandre le Grands. Ensuite, le Khan sassanide nommé Qubad bin Firuz a réalisé les travaux de construction et de la reconstruction. Les informations sur les ponts d’Hudaferin sont très intéressantes. Selon lui, le pont à proximité de la rivière d’Aras (avec 11 canaux) a été construit par Berk bin Abdullah étant un des hommes proches du Prophète Mohammed dans l’année 15 selon le calendrier islamique (636). Pour cette raison, le pont est appelé comme “Hudaferin”, c’est-à-dire “le pont créé par Dieu”. Le pont avec quinze canaux a été construit par Diya el-Mülk Naxçıvani à proximité du centre commercial de Karkar. Le voyageur arabe du IXème siècle nommé İbn Hordadbeh a dit que les villes de Berde et de Beylegan ont été couvertes par les briques dans son œuvre nommé “le livre sur les routes et les pays “.

XVIIIème et XIXème siecles

L’architecture du Karabagh a développé sur la base des principes de la composition des bâtiments prenant une place importante à la structure architecturale des lieux d’habitation et des traditions de l’architecture européenne aux XVIIIème et XIXème siecles. Les formes architecturales traditionnelles se forment la base de la structure de la composition des maitres du Karabagh.
La période du Khanat de Karabagh était une nouvelle étape pour le développement de l’architecture du XVIIIème siècle. Pendant les années de la souveraineté de Penah Han et son fils Ibrahim Han, on a réalisé les grands travaux de construction et de l’architecture au Karabagh. Afin de se protéger de l’attaque militaire continuelle, Penah Han a fait construire les châteaux magnifiques de défense par l’aide des architectes et travailleurs.
Il se trouve des informations intéressantes sur la construction de ces châteaux dans l’œuvre nommée “l’histoire du Karabagh” écrite par Mirze Cemal Cavanşirin étant le vizir à cotes des Khans du Karabagh pendant cette période. On a construit le château de Bayart à la sous-préfecture de Kebirli du Karabagh dans les années 1747-1748. On a aussi construit le château de Şahbulaq en grand style appartenant au château de Terneküasr dans les années 1751-1752. On a construit le château d’Esgeran ayant deux structures aux cotés gauches et droites de la rivière de Qarqarçayın. La grande muraille connue par le nom “le château d’Esgeran” a été construite par Penahali Han aux frontières de l’est de son propre Khanat au XVIIIème siècle. La grande muraille de Derbent était la porte du nord de Şirvan et la grande muraille d’Esgeran était la porte de l’est du Khanat de Karabagh. Penah Han a voulu construire un grand château, dont l’occupation était très difficile, sur le sommet de la montagne afin de se protéger des attaques militaires étrangers et ainsi les ennemis les plus dangereux n’ont pas occupé le château. En conséquence, on a construit le château de Şuşa sur le somment d’une haute montagne dans les années 1756-1757. Le château a devenu un des lieux magnifique pour la défense de la période. La ville de Şuşa était la capitale du Khanat de Karabagh à partir de l’année 1757 à l’année 1822.
Au XIXème siècle, l’architecture du Karabagh a été représentée par les bâtiments religieux et culturels. Pendant cette période, sauf les maisons, le bâtiment le plus caractéristique est les bâtiments commerciaux. La majorité de ces monuments a été utilisée comme tant les établissements commerciaux que les ateliers du travail. Le nombre des ateliers commerciaux à Şuşa sont des exemples les plus défaillants pour ces types de bâtiments.
On a construit les grands bâtiments religieux commémoratifs au premier moitie du XIXème siècle au Karabagh. Pendant cette période, on a fondé les écoles architecturales ayant les caractéristiques locales qui gardent les anciennes traditions de l’Azerbaïdjan. Les caractéristiques des murs extérieurs de la mosquée ont joué un rôle important pour distinguer l’école architecturale de Gence-Karabagh avec les autres régions de l’Azerbaïdjan.
L’architecture de l’Europe ne s’est pas répandue dans la région du Karabagh ayant des traditions architecturales et étant riche en monuments architecturaux nationaux et Ils ont perdu entre les styles locaux. Au milieu du XIXème siècle, on a formé une école architecturale au Karabagh et Kerbelayı Sefihan Qarabaği a devenu son représentant célèbre. Kərbəlayi Sefihan Berdede étant fidele aux traditions locales et aux principes aussi que aux méthodes de l’architecture a reconstruit le complexe d’İmamzade (1868) et construit les bâtiments comme la mosquée à Ağdam(1868-70), le basse mosquée à Şuşa (1874-75), la haute mosquée ou la mosquée de Cuma (1883) et les mosquées pour les quartiers, la mosquée d’Hacı Elekber à la ville de Fuzuli (1890), les mosquées d’Horadiz (1891-1908) et de Koçahmetli (1906) de cette région et les mosquées du village d’ Oddesada Tatar (1870), la mosquée de “Karabağlılar”(1880).
La construction des bâtiments comme les usines, les dépôts, les ports, les ponts et les stations etc. à causé de la formation de l’architecture des établissements de l’industrie et du transport étant un nouveau développement pour le Karabagh.
Les monuments architecturaux appartenant aux différentes périodes de notre histoire sur les territoires du Karabagh sont des perles précieuses de l’héritage de l’architecture du monde.