Les dessins sur les monuments

abidetesvir

La partie importante, précieuse et intéressante des anciens monuments culturels et matériels pour la science est les dessins rupestres. Ces types de dessins gravés, dessinés ou peints sur les pierres, les rochers, les murs des cavernes, les pierres tombales peuvent être trouvés dans de nombreux endroits. On peut aussi trouver ce type de dessins rupestres dans la région du Haut-Karabakh d’Azerbaïdjan. La plupart de ces dessins sont des images sculptées dans le basalte, des scènes de chasse, des jeux comme « yalli », des objets célestes, des animeaux préhistoriques etc. Kalbajar est l’un des lieux riche avec des dessins rupestres de la région du Haut-Karabakh. Dans le territoire de la région il y a des dessins rupestres appartenant à des millénaires avant J-C. Le musée régional d’histoire de Kalbajar a enregistré plus de 3500 dessins rupestres. Des grandes pierres connues comme « les frères de Gobustan » ont été également trouvé dans des montagnes de Kalbajar. Les dessins rupestres des lieux comme « Sultan Heydar », « Rivière de grenouille », « L’eau salée », « Lune graveleuse », « Rocher de dame », « Oeil de chameau », « Moineau » etc. sont presque même ou « jumeaux » avec des pierres illustrées ou écrites de Gobustan. L’âge de ces dessins gravés sur les pierres sont presque pareil à l’âge de ces pierres. Ces dessins sont gravés sur les rochers durs comme basalte. 28 pièces de pierres écrites ou illustrées portées à la cour du musée régional d’histoire de Kalbajar prouvent que non seulement Kalbajar mais aussi Azerbaïdjan était un lieu d’habitation antique. La région Lachin est un des lieux de Karabakh où les dessins rupestres sont largement répandus. Des exemples de pierres ayant des gravures peuvent être trouvés dans les villages Gulebird, Cicimli, Malkhalaf, Zabukh, Malibey, Zeyva, Kosalar, Katos, Pirjahan, Seyidler etc. Parmi les sculptures de ces lieux on rencontre non seulement des images de personnes, d’oiseaux ou animeaux mais aussi toute une scène de chasse. L’existence des figures de pierres de différentes mesures ou des sculptures compelexe dans des zones appellées Malibey, Varazugun et Mirik possède un intérêt particulier. On peut troiuver les ornements géométriques ainsi que les ornements de gravures sur les monuments architecturaux et les pierres tombales. La plupart d’entre eux ont été gravé dans un état statique mais parmi eux sont on peut aussi trouver des dessins dynamiques et vitaux. Mais ils s’effectuaient avec la méthode de griffonnage. Les originaux motifs décoratifs sculptés dans la région de Lachin se trouvent aussi sur les pierres tombales. Dans ces zones, il y a quelques groupes de pierres tombales. Parmi eux on peut trouver des pierres avec la partie supérieure plate, circulaire ainsi que des status de cheval, bélier etc. Les exemples des dessins de lune, d’étoile, du soleil ou du cercle rayé peuvent être montrés. Ces monuments se trouvent surtout dans les zones Abdallar, Khallanli, Malibey, Zeyva, Garagol, Gulebird, Cicimli, Malkhalaf, Ferejan, Seyidler et Erikli. Ici on peut trouver plusieurs motifs originaux venus à l’art descriptif avec la conviction des anciens des tribus turcophones. Par exemple, les cérémonies réligieuses des chamans, les dessins de totems d’oiseaux apparus grâce aux notions zoomorf des anciens tribus turcs peuvent être indiqués. Les œuvres d’art créées depuis le quatrième millénaire avant  J-C jusqu’au début de notre époque attirent l’attention avec leur contenu, leur valeur artistique etc. L’ornement des pierres avec les méthodes de gravures, de sculpture ou de griffonnage a été largement utilisé pendant le Moyen Age au Karabakh. Les matériaux obtenus montrent qu’au Moyen-Âge on ne faisait pas seulement des gravures ou de griffonnages sur les pierres mais les maîtres préparaient aussi des sculptures de différentes formes et contenus. Les status de personnes en pierre ont une place importante parmi les exemples de l’art plastique du Moyen-Âge. Ces œuvres monumentales de plastique trouvées dans ces dernières années, principalement autour de la ville d’Agdam ont eu un grand intérêt parmi les scientifiques. Parmi les sculptures représentent la personne, les monuments trouvés en 1973 près du village Boyahmedli de la région d’Agdam ont une grande importance. Les sculptures décrivant les personnes sont les modèles les plus originaux de l’art en plastique jusqu’à présent trouvé dans le territoire de l’Azerbaïdjan. Bien qu’ils aient été préparés différement des proportions et des schémas réels, ces œuvres d’art plastique étonnent beaucoup les personnes. Plus particulièrement les yeux, les mains des statues donnent un effet original. La découverte de ce type de statues en pierre au Karabakh n’est pas du tout un hasard. Dans certaines sources il est indiqué qu’avant l’acceptation de la réligion d’Islam, les peuples turcophones mettaient des statues d’homme sur les tombes des hommes braves. Dans les sources médiévales de Chine, d’Arabe et d’Asie centrale il est indiqué que ce type de statues était considéré sacré. En comparaison avec les périodes antérieures dans les XVI – XVII siècles les exemples d’art plastiques sont beaucoup plus rencontrés sur les pierres tombales dans le territoire du Haut-Karabakh. On rencontre plusieurs types de pierres tombales en Azerbaïdjan. Les pierres tombales dans les différentes formes, des sculptures de cheval, de bélier peuvent être montrés en tant qu’exemple. Les pierres tombales étaient décorées dans différentes formes et contenus selon la position de la personnes enterrée dans la vie, la société etc. Les tombes des personnes riches étaient mieux décorées. Les pierres tombales du Haut-Karabakh se différencient en fonction des matériaux utilisés, du climat local etc. En plus des décors ornementaux, on trouve aussi des riches compositions sur les pierres tombales du Moyen-Âge. Ce type de pierres tombales se trouvent surtout dans les cimetières qui se trouvent au pied des montagnes du Haut-Karabakh. La plupart des compositions des pierres tombales représente le courage de la personne enterrée. Par exemple, les scènes de chasse sont gravées sur les pierres tombales des hommes, mais sur celles des femmes on y trouve des scènes liés à l’art du tissage. Les statues de bélier en pierre sont particulièrement répandus au Haut-Karabakh. Il n’est pas accidentel que ces statues soient largement répandues au Haut-Karabakh. Le bélier était un très ancien symbole de fertilité et de la victoire pour sa viande, sa peau et sa laine utilisée largement en tant que fils de tapisserie. Les statues de bélier en pierre ont des différentes et originales styles artistiques. Les statues de bélier en pierre trouvés à Lachin et Agdam ont beaucoup de caractéristiques uniques. Elles rappellent surtout les exemples de l’art archaÏque. Les statues de cheval en pierre trouvées au Haut-Karabakh montrent l’importance sacrée de cet animeau parmi le peuple. Les troupes de cheval constituent le principal ornement décoratif des statues de cheval en pierre. Ce sont la bride, la ceinture passant sous la queue, les ceintures passant sous le ventre, l’étrier et la selle qui ont été creusé et décoré. Dans certains cas, la surface de ces troupes de cheval était décorée avec des ornements triangulaires, rectangulaires etc. En général, ils rappellent les ornements en bronze, en argent mis à la ceinture des troupes de cheval. Ces troupes de cheval sont intéressant non seulement en tant qu’une oeuvre d’art mais aussi comme un fait historique. Car ils rappellent les troupes de cheval rencontrés chez les Skifs ou les autres tribus anciens de l’Asie centrale. La fin du XIX et début du XX siècle est caractérisé comme l’affaiblissement et le retrait du métier de sculpture sur pierres. Toutefois, ce changement n’a pas eu le même niveau dans toutes les régions du Haut-Karabakh. Si les statues de pierres trouvées dans les villes étaient influencées par le nouveau style, cette nouveauté de ceux des lieux très éloignés était de très petite quantité. Les travaux de gravure restés fidèles aux traditions progressistes de l’ancienne époque se trouvent cette époque surtout sur les monuments en pierre d’Agdam. Bien que ce groupe de monuments aient répété dans plusieurs cas les motifs d’ornements  de l’ancienne époque, leurs performances techniques par rapport à des périodes antérieures ont été beaucoup plus faible. Le nombre de tels monuments dans les territoires d’Azerbaïdjan occupés par les arméniens est innombrable. Ces monuments historiques sont presque entièrement détruits par les arméniens. Tout cela est une partie de la grande guerre de l’Arménie contre l’Azerbaïdjan. Les travaux des arméniens effectués dans la direction de falsification des monuments azerbaïdjanais servent à la confirmation de l’Arménie, à la politique de créer soi-disant sa « culture historique ». Toutefois, un certain nombre de sources écrites dans le Caucase du Sud, des documents officiels, des archives et des photographies prouvent qu’une fois de plus que ces monuments culturels et matériels appartiennet seulement en Azerbaïdjan.