Les tapis du Karabakh

xalcha

La tapisserie du Karabagh étant une branche de la tapisserie d’Azerbaïdjan se dispose des 33 compositions. Ces tapis sont célèbres pour les couleurs brillants et l’amour de la vie. Ils se séparent en quatre groupes: le médaillon, avec le médaillon, la carpette pour prière et avec les sujets.
L’école de tapisserie du Karabagh se trouvant au sud et à l’ouest de l’Azerbaïdjan est développée dans les hautes régions et la région d’Aran.
La ville de Şuşa et les villages comme Daşbulaq, Dovşanlı, Rehine, Trniviz, Çanaxça, Tuğ, Tuğlar, Hadrut, Muradxanlı, Kasımuşağı, Kelbecer, Kozağ, Mirseyid, Bağırbeyli, Hanlık, Dağ Tumas ont joué un rôle important pour la fabrication des tapis au XIXème siècle. Selon les hautes régions, les villes comme Cebrail, Ağdam, Berde et Fuzuli sont plus importants que les autres pour la fabrication des tapis. Il y avait un grand nombre des villages qui tissent lourdement les tapis pour la vente à la population dans tous les centres indiqué ci-dessus. Les centres de la fabrication des tapis de Zengezur et de Nakhitchevan peuvent entrer dans l’école de tapisserie du Karabagh selon sa propre structure artistique, les caractéristiques technologiques, la solution des couleurs. Les diverses compositions des tapis comme “Aran”, “Bağçadagüller” (Les fleurs dans le jardin), “Le poisson”, “Kornea”, “Berde”, “Ferhat Sarıkaya”, “Karabagh”, “Le vieillard”, “Qasımuşağı”, “Lemberani”, “Muğan”, “Talış”, “Lempe”, “Malıbeyli”, “Hanqervend”,”Hanlık”, “Hantirme”, ” Çelebi “,” Şabalıdbuta “, etc. sont des exemples classiques de l’école de tapisserie du Karabagh.
La tapisserie avec le sujet est très développée au sein de l’école de tapisserie du Karabagh. Cet art de tapisserie étant indépendant avec la définition des couleurs de l’Europe de l’ouest et dont les racines se prolongent vers la physiologie de la population et les profondes des siècles aussi que l’application décorative étaient des éléments qui ont fondé les principales indispensables de l’art. L’abandon consciemment de l’interprétation pour la mode du transfert des motifs à plusieurs compositions et le renforcement des explications des symboles et des événements de vie sont des lignes les plus caractéristiques des tapis de l’Azerbaïdjan du nord, surtout ceux du Karabagh.

Kornea
Les tapis connus par le nom «Kornea» appartiennent au type de Karabagh. Ils sont fabriqués dans les différentes régions de tapisserie du Haut-Karabagh. Les grands fabricants de tapis venant du Karabagh ont appelé le tapis «Kornea» comme «Horadiz».

Le poisson
Ce tapis est un des tapis les plus répandus du type de Karabagh. Ils sont connus par le nom “Le poisson” au nord de notre pays et par le nom “Moxi” en Azerbaïdjan de l’Iran. Malgré que le tapis “Le poisson” soit fabriqué dans toutes les régions de tapisserie, le principal centre de fabrication était la ville de Berde. Ils se rassemblent au motif d’un poisson, pour cette raison les artistes de tapisserie ont appelé cette composition comme “Le poisson”.

Karabagh
Les tapis connus par le nom “Karabagh” ont été fabriqué dans toutes les régions de tapisserie de l’Azerbaïdjan et Ils sont aussi fabriqué à nos jours. Selon le lieu de fabrication, Ils sont appelés par les différents noms, mais les artistes appellent ces tapis comme “Karabagh”. Ces tapis avec une composition fabriqués pour la vente aux marchés d’Istanbul au XIXème siècle ont été appelés par les différents noms comme “Khan” ou “Karabagh du Khan”.

Hanlık
Hanlık est la station la plus connue de la tapisserie en Azerbaïdjan. Les tapis fabriqués ici sont des beaux exemples artistiques. Ils se disposent des hauts caractéristiques. Ces tapis fabriqués particulièrement aux villages comme Cibril, Mirzecanlı, Efendiler, Daşkesen, Süleymanlı au XIXème siècle sont considérés comme plus mieux que les tapis importés aux marchés du monde.

Kasımuşağı
Le nom des tapis «Kasımuşağı» est associé avec le nom de la population des villages se trouvant au nord de la sous-préfecture de Laçın comme Şamkend, Erikli, Kurtaslı, Çorman et Aşık. Kasım était une personne respectueuse qui a habité une fois à cette région. On a fabriqué les divers tapis de haute qualité jusqu’à une passé proche.

Ferhat Sarıkaya
Le nom de ce tapis est associé avec le nom du village “Ferhat Sarıkaya” se trouvant à la sous-préfecture de Fizuli. Ils se trouvent au centre des tapis «Behmenli» ayant une composition à un ou deux figures. Selon les grands fabricants de tapis, ces figures signifient «La sculpture», «Le réchaud» ou «la vie» et l’amour de l’art.

Muğan
Ce tapis appartient localement au groupe de Şirvan et au type du Karabagh selon la fourniture technique des parties. Ces tapis appelé “ les anciens motifs” par les fabricants de tapis se disposent des éléments compliqués selon les décors.

Nakhitchevan
Ces tapis sont généralement fabriqués aux centres de tapisserie du Nakhitchevan et aux villages se trouvant à coté de la ville comme Noraşen, Şahbuz aussi qu’aux régions de tapisserie comme Culfa et Ordubad. Les tapis fabriqués à la région de tapisserie du Nakhitchevan se disposent des différents types selon le contenu des motifs, tous ces tapis se rassemblent sous le nom du Nakhitchevan.

Çelebi
Ce tapis a été fabriqué pour la première fois au village de Çelebi. La composition et la structure des motifs des tapis «Çelebi» ont formé à ce village. Ce tapis a été aussi fabriqué dans les régions de tapisserie comme le Haut-Karabagh et Aran et ensuite les régions Kazakhs au XIXème siècle.

Forgeage

demirchi

Les ressources de fer du Karabagh étant une partie des territoires riches de l’Azerbaïdjan ont joué un rôle important pour la formation de l’art de la forge sur la base des matières premières à partir des anciens temps.
Les soufflets à ballon ont été largement utilisés au Karabagh pour la fabrication du fer basé sur la technique simple de la fabrication. Malgré que le Karabagh ne soit pas économiquement approprié pour le gaspillage de carburant et le corail métallique, il était possible d’obtenir le fer de haute qualité par la méthode de la fonte et de forger. Pour cette raison, le produit préparé par le fondu des fers locale est différent parce qu’il est continuel et très serré.
A partir de la deuxième moitie du XIXème siècle, la ville de Baku a commencé à jouer un rôle important pour son fourniment avec les lieux des produits métalliques au Karabagh. Les maitres du fer venant du Karabagh ont fourni assez des ressources des métaux traités et non traités par l’aide des hommes d’affaires de Baku. Il y avait un grand besoin aux ressources d’acier en passé. On a économiquement utilisé l’acier spécifique parce qu’il a été obtenu avec difficulté. Le manque d’acier était très grand pendant la période où la fabrication des armes froides était en mode.
Ceux qui ont extrait le fer à la région du Karabagh ont largement utilisé le fer mélangé par l’acier. Ce produit a été obtenu en brulant et chauffant le fer et l’acier étant différents l’un l’autre selon les caractéristiques.
Comme les autres magasins artistiques au Karabagh, ceux qui ont extrait le fer ont installé dans les caravansérails ou les marchés. L’atelier d’extraire le fer a été utilisé comme un règle tant comme l’atelier de fabrication que le marché de vente.

La grande partie des équipements de maison et d’agricole au Karabagh surtout les outils de coupe (l’hache, l’hachette, le couteau ayant les dentes crénelées, la faux, la faucille, le couteau, le pot etc.), comme un règle, a été préparée en utilisant le fer mélangée avec l’acier. Pour cette raison, on a généralement utilisé la méthode de soudage. Afin de faire les outils de coupe, on a d’abord préparé le fer mélangé avec l’acier. Le fer mélangé avec l’acier étant différent que le fer et l’acier selon les caractéristiques ont été généralement appelés comme « la fer de soudage ».
La méthode la plus simple et ancienne au Karabagh pour obtenir le fer mélangée avec l’acier était le soudage net. On a aussi utilisé les appareils adjoints pour le renforcement et la compression du fondu.
Grace aux résultats réalisés pendant des siècles, les maitres venant du Karabagh ont appris les caractéristiques des métaux et amélioré la technologie de la fabrication et ainsi Ils a réussit de préparer les mieux appareils de travail. Même si le soudage avait une place importante à l’art de la forge, la préparation des appareils des fers, surtout des outils de coupe était associé avec certains processus technologiques. Conformément au type du produit, on a utilisé certaines méthodes technologiques comme « dip çıkarma, küpaçma, sulğuc-çıkarma, dişeme, növsalma » etc. La majorité des opérations ont été utilisé pour la fabrication des équipements appartenant à un groupe spécifique. Dans la passée, les maitres du fer venant du Karabagh se sont occupés de corriger les nouveaux produits aussi que réparer les équipements cassés ou en panne. On a formé ses propres méthodes de fabrication pour la réparation. Les grands équipements (l’hache etc.) ont été généralement réparés par la méthode d’ajoutage. La réparation d’un produit cassé a été réalisée par la méthode de rivetage dans la fabrication du fer au Karabagh. Le rivetage a été largement appliqué pour la réparation des équipements agricoles.
Le village d’Hocavend de la sous-préfecture de Cebrail et la communauté d’Ağdam de la sous-préfecture de Şuşa étaient des centres les plus importants pour la fabrication du fer. L’atelier de fabrication du fer qui est arrivé au niveau de la fabrication de métal en Azerbaïdjan a commencé à se spécialiser sur les divers types de produits. Selon le nombre des ateliers de fabrication du fer, Şuşa a une place très importante parmi les villes de l’Azerbaïdjan.

La poterie

duluschuluq

La céramique est un des lieux les plus anciens de la fabrication du travail et a une place très importante même à nos jours au Karabagh étant une partie intégrante de l’Azerbaïdjan. Les experts estiment que l’apparition de cet art tombe sur la période néolithique.
La fabrication de la céramique au Karabagh avait augmenté à un haut niveau à partir de la fin du premier Moyen âge.
Les fouilles archéologiques réalisées au Karabagh montrent que la céramique était une branche de l’art très développée pendant des IXème et XIIIème siècles. Les pots à fleurs fabriqués dans cette période étaient très développés en comparaison par ceux des périodes précédentes et suivantes grâce à la technique de préparation et les éléments riches d’ornement.
La fabrication des pots à fleurs au Karabagh pendant le dernier Moyen âge s’était spécialisé en trios grand groupes – les pots en verre, les pots sans verre et la fabrication des matériaux de construction. Comme les exemples des pots sans verre, on peut montrer les différent types tels que la jarre, la chaudière, les pots, la bouilloire, les pots du lait, les lampions etc. Pendant la période de la fabrication de ces pots, on a largement utilisé les motifs de points et de lignes.

La céramique de construction était aussi tres développée en Azerbaïdjan aux XVIème et XVIIème siècles. Pour la construction des palais, des caravansérails, des hammams dans les différentes villes de l’Azerbaïdjan surtout au Karabagh, on a largement utilisé la mosaïque en porcelaine et les matériaux en verre.
Il est possible de parler généralement des céramiques de maison comme une partie importante de la fabrication de la céramique à la deuxième moitié du XVIIIème siècle et au début du XIXème siècle où le Khanat du Karabagh était en pouvoir. Les grands pots d’eau notamment les jarres et les cruches avaient une place importante parmi des informations des pots utilisés quotidiennement pendant la période des Khanats. Les maitres venant du Karabagh avaient une place importante pour la fabrication des jarres et des cruches utilisés dans les différents domaines. Les produits en céramique se sont séparés en plusieurs groupes comme les pots d’eau, les pots de repas, les pots pour les produits laitiers et les pots prévus pour le chauffage et l’éclairage des maisons. On a fait la fabrication des pots à fleurs en différent types pour porter les différent types des pots d’eau utilisés seulement dans la vie quotidienne (la cruche, le verre etc.), pour utiliser sur le table et garder les nourritures (la jarre, la carafe, le seau, le pot à une poignée), pour se baigner et se nettoyer pour la prière (la bouilloire etc.).